Remerciements Vice-Gouverneurs

Mes Chers Amis et Amies,

Comment vous remercier de la confiance que vous m’avez apportée lors du Congrès d’automne ? Il est un mot facile à dire, c’est le mot « Merci », pour moi ce mot exprime toute la reconnaissance que je vous dois.

Je vous ai fait une promesse : « Ne jamais vous décevoir », cette promesse, je la tiendrai. En second lieu, je travaillerai avec un cabinet qui sera à mon image, à l’écoute, bienveillant, et courtois.

Je vais essayer avec vous de dynamiser notre District, non par de grands bouleversements, mais en redonnant l’envie, de croire en « nous « , car aujourd’hui, si notre Président International nous parle de la force du « nous», cette force, il faut d’abord la trouver en « nous ».

La gouvernance doit perdurer et nous donner la possibilité de continuer ce qui est novateur, mais je suis sûre que vous avez aussi des idées à nous soumettre, alors nous serons là à votre écoute.

Mes Chers Amis et Amies, Merci, Merci.

Réjouissons-nous de pouvoir travailler et rire ensemble.

À très vite auprès de vous,

Mélodie

Chers Amis Lions du Sud-Ouest,

Lors de notre Congrès d’automne, le dimanche 22 Octobre 2017 à Périgueux, vous m’avez renouvelé votre confiance en m’élisant au poste de 1er Vice-Gouverneur pour l’année 2018-2019.

Du fond du cœur, je vous adresse tous mes remerciements.

Comme annoncé dans mon discours, nous devons relever les défis du 21éme siècle :

La Vue en tant que chevaliers des aveugles, la marche des Lions pour la prévention du Diabète, le soutien financier grâce à la LCIF lors des catastrophes naturelles dévastatrices et l’Environnement.

Homme de terrain, je serai à vos côtés pour vous apporter toute l’aide possible.

Soyons fiers d’être Lions.

Avec toute Mon Amitié.

Denis HADAMAR

Intervention au Congrès d’Automne en octobre 2017, suite à l’élection au poste de deuxième Vice Gouverneur de Claude MERMET

Chers amis Lions,

Vous venez de m’accorder, par ce scrutin, votre confiance.

Un très grand merci à toutes et à tous.

Merci à vous tous pour votre soutien

Merci à vos clubs et aux membres que vous représentez.

Je ne saurais assez remercier les différents Gouverneurs qui m’ont honoré de leur confiance en me chargeant de missions : sous le Gouvernorat de Michel GELIS et de Michel DELBREL, j’étais président de zone, sous celui de Didier SOULÉ, délégué de la Commission Nationale Jeunesse pour notre District, et, sous la houlette de notre gouverneur Michel DENYS, Président de la Commission Nationale Jeunesse. Merci à bien d’autres encore, qui m’ont accordé leurs soutiens sans failles.

Je m’engage, devant vous, à apporter le meilleur de moi-même, pour diriger le District 103 Sud- Ouest avec vous.

Une année s’ouvre à moi faite de devoirs, d’écoutes, sans oublier la convivialité, l’amitié et le respect de l’autre dans la bonne humeur.

Un grand Merci à toutes et à tous!

Claude MERMET
Deuxième Vice Gouverneur élu 2018-2019
District 103 SO

© Lions club district SO 2017

Edito du Gouverneur Spécial Congrès

Félicitations !

Pour un Gouverneur et son cabinet ainsi que pour les Lions du District le Congrès d’automne est très important car il lance véritablement les actions majeures de l’année Lions , comme une feuille de route.

Il est le fruit d’un travail très important des Lions organisateurs et du cabinet du Gouverneur.
Outre sa partie formelle qui nous permet d’élire nos futurs dirigeants, ce Congrès du centenaire qui se tenait à Périgueux le 22 octobre dernier, a atteint ses deux objectifs.

Le premier était celui de la qualité du contenu : Anne Mahieu commença par élever le niveau avec son discours sur « La joie de vivre, la fraternité, l’amitié » qui éclaira nos esprits après ses insomnies.

Elle fut suivie par l’excellente intervention de Daniel Lamotte, Gouverneur du District Centre sur le thème : « La communication bienveillante à l’intérieur des clubs peut-elle nous éviter de perdre des membres ?», une attitude et une pratique à adopter sans aucun doute.

Enfin le forum sur le thème : « Comment adapter le Lionisme aux nouvelles générations ? » animé par Pierre Châtel et Salim Moussan, respectivement Past Directeur International et candidat à la Présidence Internationale à Milan en 2019, a tenu toutes ses promesses tant les échanges avec la salle ont été riches d’enseignements. Il permettra d’ouvrir de nouveaux horizons pour notre mouvement et sa jeunesse.

Le deuxième objectif était celui du contenant, et force est de constater que Michel Chartroule et les Lions Périgourdins avaient mis leur orgueil dans la qualité de l’accueil et de l’animation « Jazzy New Orléans » et du régal dans les assiettes des 295 convives. La joie de recevoir et le plaisir d’offrir furent leur credo pendant ce Congrès, je les en remercie chaleureusement ; ils n’ont fait que des heureux dont j’en fais partie à plus d’un titre.

Michel DENYS
Gouverneur 2017/2018

© Lions club district SO 2017

QUEL LIONISME PROPOSER AUX JEUNES GENERATIONS ?

Réflexions d’un jeune trentenaire

Pourquoi le site des 100 ans du Lionisme me ressemble tant ? Pourquoi je me reconnais totalement dans tout ce que les LIONS ont pu entreprendre au cours de ces cent dernières années et pourquoi, paradoxalement, je ne me reconnais pas au niveau du CLUB ?

100 ans, mes Amis, ce n’est pas rien. Nous les LIONS avons traversé 100 ans au cours desquels nous n’étions pas seuls dans notre coin ou perchés sur une tour d’ivoire. Non ! Au contraire ! Nous avons vécu au cœur d’un monde en perpétuelle évolution : durant ces cent années, des frontières se sont redessinées, plusieurs fois même. Des murs se sont construits, d’autres sont tombés avec leur lot d’idéologies. Des guerres ont éclaté qui nous ont profondément bouleversés, transformés. Des crises se sont invitées et nous avons dû les surmonter. Et puis les maladies, les épidémies, les grands déplacements de population fuyant toute sorte de fléaux. Et tout cela nous a poussés à agir, à prendre position, à nous surpasser.

Dès 1917, quand l’Etat Providence n’était pas au rendez-vous, nous avons éclairé l’avenir et montré le chemin. Nous avons reconstruit l’après-guerre en participant à l’élaboration de la Charte des Nations Unies, mais aussi sur le terrain pour rebâtir, nourrir, soigner, prévenir. Et nous continuons cette œuvre encore aujourd’hui, toujours à l’affut des nouveaux fléaux et tous ensemble, complètement dans le MOUV.

Alors, pourquoi ai-je vécu un tel décalage entre l’entité internationale que représentent les LIONS qui œuvrent main dans la main pour former un tout cohérent, ces LIONS que l’on voit à l’œuvre sur tous nos sites internationaux, nationaux et locaux, dont on sent bien que perdurent depuis 100 ans les valeurs fondamentales qui sont « SERVIR et UNIR, dans la paix et l’entraide, les hommes de toutes conditions », pourquoi ce décalage dis-je entre le « cerveau global » des LIONS et la réalité du club local dont je vous passerai les détails mais dont vous avez tous une petite idée ?

Car oui, j’étais LION et je suis parti. Je sais ce que vous allez me dire. Je suis de la génération Y : celle qui zappe, celle qui se lasse, celle qui est trop individualiste et ne parlons pas de mes cadets qui arrivent à grands pas derrière moi, la génération Z. Mais ne pensez-vous pas que notre esprit, notre comportement, notre réalité sont totalement en accord avec ce nouveau millénaire qui bouge sans cesse, dont les terres, les mers et le climat sont de plus en plus instables ? Génération d’enfants gâtés ? Non pas vraiment si l’on considère notre environnement plus hostile que celui du siècle dernier. Mais nos rapports avec nos parents se sont construits de façon plus égalitaire. C’est pourquoi nous, générations Y et Z, lorsque nous ne sommes pas à l’aise quelque part, dans notre travail, dans une association ou autre, ON SE CASSE sans discuter. On va voir ailleurs.

Vous avez vécu l’ère industrielle et le Lionisme s’est organisé et structuré, comme les entreprises, selon un modèle pyramidal. Mais n’oubliez pas que les premiers Clubs, ceux du Melvin Jones des années 1917, rassemblaient des hommes d’affaire, tous aussi égaux les uns que les autres, tous aussi décideurs les uns que les autres, dans une organisation que le management d’aujourd’hui qualifierait « en réseau » où personne ne commandait, personne ne dominait et où chacun apportait sa part à l’édifice.

Durant ces 100 dernières années, le système international s’est transformé. Nous sommes passés d’un monde bipolaire (distribution des jeux de pouvoir selon un axe Est/Ouest et répartition des richesses selon un axe Nord/Sud) à un monde multipolaire. Ainsi, la disparité se trouve aujourd’hui sur des territoires très proches les uns des autres : physiquement par la proximité (l’extrême pauvreté est devant notre porte) et virtuellement par l’information instantanée sur tout ce qui se passe à l’échelle planétaire.

En même temps, le monde est devenu Hétérogène : les pays qui autrefois concentraient sur leur sol différentes ethnies, cultures, religions, coutumes, idées voire idéologies, étaient qualifiés de « poudrière » car difficilement gouvernables. Aujourd’hui, cette hétérogénéité des populations concentrées sur un même territoire s’est généralisée. D’où une lutte constante des gouvernements pour développer le sentiment de citoyenneté afin de rassembler et de provoquer une communauté d’intérêts.

Et puis on parle aussi de GLOBALISATION : Il y a interdépendance entre les nations, les activités humaines et les systèmes politiques. Le moindre changement environnemental, économique, politique peut affecter le reste de la planète. Avec les Technologies de l’Information et de la Communication, nous nous sommes structurés en réseau, constituant ensemble ce que l’on appelle : « le cerveau global planétaire »

Voilà pourquoi le Lionisme International est une organisation parfaitement adaptée aux grands changements qui ont bouleversé le monde depuis cent ans, car il est actif autant au niveau local, que national et international, la Fondation étant un outil parfaitement adapté à ces changements.

Mais Parlons maintenant du futur
: les enjeux du XXIe siècle ont été parfaitement repérés par les LIONS et des solutions sont déjà avancées : climat, environnement, culture, savoir vivre ensemble, etc. A deux exceptions près ?

Deux changements majeurs sont en train de se dessiner pour les 100 prochaines années qui concernent notre génération Y et Z car c’est nous qui sommes à l’œuvre derrière tout cela : ces changements sont en relation directe avec les difficultés que vous rencontrez aujourd’hui pour recruter et garder de jeunes LIONS.

1/ Le système hiérarchique en pyramide s’effondre : il est en train de s’inverser dans un premier temps, puis il disparaitra au profit de ce qu’on appelle la toile d’araignée ou réseau. Avant, le haut de la pyramide donnait le « ONE BEST WAY » vers le bas. Aujourd’hui, la base de la pyramide dit : « Pour chaque acte que nous décidons, nous votons pour le monde dans lequel nous voulons vivre. Que ce soit un achat, un comportement, une attitude ». Hé oui ! La démocratie directe est déjà en place ! La base, organisée en réseau, communique et décide. Elle peut faire plier de grandes organisations telles des Etats, des Sociétés Multinationales, des ONG, et les Etats sont eux-mêmes influencés et partagent leur gouvernance avec une communauté internationale composée d’autres états, mais aussi de multinationales, d’ONG dont le LIONS CLUB, d’associations, de collectivités territoriales locales, de collectifs composés de citoyens.

2/ Les générations Y (25/35 ans) et Z (moins de 25 ans) se dématérialisent : l’ère industrielle a expérimenté le matérialisme et la possession d’objets. Les Y et les Z feront muter la notion de propriété et préfèrent déjà vivre des expériences plutôt que d’accumuler des objets. Dès lors, pourquoi APPARTENIR à un club alors que nous pouvons à tout moment via les réseaux sociaux, nous rallier à un collectif pour répondre à une mission : sauver un chien en donnant 1 €, 2€ ou bien partager des denrées avec d’autres, en faire un repas, aller le distribuer aux SDF, puis rentrer chez soi, la mission terminée, rapide et efficace. Le collectif d’intérêt n’est pas une structure. Son existence peut être éphémère, transformable et adaptable à souhait, ce qui convient à notre vie actuelle : imprévisible, instable, changeante.

Alors devant ces changements, comment nos clubs peuvent-ils attirer à eux les jeunes générations ?

Il ne s’agit pas d’une lutte à mener entre deux générations totalement différentes, mais bien de réfléchir à la transition d’un système vers un autre tout en faisant vivre ensemble des LIONS qui ne vivent pas dans les mêmes réalités.

Les UNS aiment la stabilité, l’appartenance, le territoire, le petit groupe d’amis, les réunions entre pairs tandis que les AUTRES vivent dans un monde dans lequel ils doivent constamment s’adapter, sont prêts à changer de territoire au fil des opportunités, ont des amis tant physiques que virtuels, préfèrent les « événements », les « rassemblements éphémères mais efficaces et concrets » aux réunions régulières et interminables. Ma génération Y aime s’engager pour des missions pertinentes et locales. Lorsque nous visons l’international, nous partons en MISSION humanitaire avec une ONG de notre choix. Mais la plupart du temps, nous sommes prêts à nous rallier à des causes locales. Pour cela, les clubs sont pour nous un moyen pour nous rassembler avec d’autres personnes de tout âge et de toute condition, afin de mener des missions de lutte contre le gaspillage, contre l’illettrisme, contre la pauvreté, etc. pourvu que ce soit pertinent pour nous, c’est-à-dire que nous puissions donner notre avis car nous n’aimons pas être contraints ni gouvernés, notre éducation nous ayant plongés depuis notre enfance, dans l’échange et le partage.

Nous n’avons pas les moyens et nous ne voulons pas payer une cotisation élevée et régulière pour nourrir un système pyramidal qui n’a pas de sens pour nous. D’ailleurs, faites bien le calcul : sur une population de 56 000 habitants, je compte 32 Lions répartis sur 2 clubs. Soit 32 x 25 € (cotisation mensuelle) = 800 €.

Si 2 % de cette population devient Lion via une application internet à 1 Euro par mois, on a 1120 Lions (donc plus de monde mobilisé pour des actions) et un total de 1120 €.

Nous, les Y et les Z, nous aimerions nous identifier à une application MyLion sur notre téléphone portable parce que nous avons le sentiment de faire partie d’un grand réseau planétaire capable de changer le monde et nous pouvons répondre à tout moment aux demandes DES CLUBS pour servir une cause ponctuelle et locale, pour venir à une réunion de préparation, pour aider nos aînés à utiliser ou mettre en place des outils de communication, pour les mettre en relation avec notre réseau professionnel, etc. Avec une application, nous restons connectés avec tous les autres Lions, avec différents clubs car nous cultivons la transversalité, avec toutes les infos dont nous sommes friands, et avec les forums pour nous exprimer, donner notre avis, donner des idées, rassembler pour entreprendre, etc.

Soyez conscients que nous aussi, nous voulons changer le monde pour qu’il soit meilleur. Nous ne bénéficions pas de ce sentiment de sécurité que vous avez vécu durant les trente glorieuses. Nous savons que, lorsque nous apportons nourriture et réconfort à une personne sans logement qui se trouve sous nos fenêtres, c’est peut-être nous, demain qui seront à sa place. La seule pyramide que nous reconnaissons est celle de Maslow et nous voyons bien qu’à notre porte, en 2017, le toit et la nourriture ne sont pas une évidence pour tout le monde.
Je voudrais à présent vous parler des Y et des Z qui font des études. Chaque année, sont produits dans les grandes écoles et les universités, des mémoires d’étude assortis de stages en entreprises ou auprès d’associations. Autant dire, une mine d’or que vous n’exploitez pas. Vous pouvez d’une part trouver des jeunes qui vous confectionneront des outils de communication hi-teck, d’autre part des innovateurs qui pourront construire avec vous des projets.

Par exemple, vous, les LIONS, vous avez créé les Boites à Livres. Et bien nous, les jeunes, nous vous proposons d’inventer avec de futurs ingénieurs, des BOITES A MIAM. Une sorte de réfrigérateur qui fonctionne sans électricité (soit au solaire, soit avec des circuits d’eau) et qui, placés à des endroits ciblés dans vos villes, pourront recevoir les légumes en surplus des uns tandis que d’autres viendront se servir pour en profiter. C’est à la fois une lutte contre le gaspillage et contre la faim.

Allons donc chercher tous ces talents, tous ces jeunes Z qui parleront de nous à leurs amis et nous feront connaître au travers de leurs œuvres innovantes, concrètes et visibles. C’est de cette façon que le Lionisme passera le flambeau aux nouvelles générations.
C’est bien aux LIONS d’aller vers eux et même de courir après eux parce que la direction, ils l’ont déjà prise. Sortons de l’ancien système qu’ils fuient à grand pas. Au compte rendu de réunion, ils préfèrent les fiches techniques pour monter des actions. Aux réunions mixtes répétitives, ils préfèrent créer un événement festif autour d’un thème et dans des lieux différents. Aux clubs homogènes où l’on cultive l’entre soi, ils préfèrent la rencontre d’une pluralité d’âge, de genre, de condition, d’horizon, de culture.

Voilà mes Amis, je m’arrête là. Je ne vous ai probablement pas tout dit, mais j’en ai dit assez pour vous secouer par les épaules et pour que vous puissiez, au cours de ce congrès d’automne, engager la discussion avant l’hiver et provoquer des changements car après, viendra le printemps.

Je remercie tous les LIONS qui ont participé à ce travail prospectif car, vous l’avez compris, je suis un personnage fictif qui, en m’adressant à vous, fait la synthèse des échanges d’idées menés depuis 6 mois au sein de différents clubs du District, à la demande de notre Gouverneur Michel Denis. A ces LIONS laborieux, nous avons promis le plus strict anonymat afin que les choses soient dites et exposées dans la plus grande sincérité et sans la moindre retenue.

La question qui leur a été posée à tous était ouverte : « Comment attirer les jeunes générations ? Le Lionisme : histoire / analyse / préconisations d’actions » « Dites tout ce qui vous vient à l’esprit, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses »

J’espère que le débat qui résultera de cet exposé recevra tout l’enthousiasme que nos amis LIONS ont mis dans ce travail. ENCORE MERCI A EUX et place aux échanges.

© Lions club district SO 2017

Chambre de l’extrême

Présentation de Jean-Paul LAPLAGNE
au Congrès du District « SUD-OUEST »
le 9 Avril 2017

Amies et Amis Lions, Bonjour !

Regardez comme le Lionisme est bien fait : je vais en quelques minutes vous présenter 12 ans d’une action très dynamique qui permet de récupérer des fonds pour les enfants atteints du cancer, intitulée : « Des Jacinthes pour la vie ».

En 2005 les Lions du club Quinsac Côtes de Bordeaux ont constaté qu’ils étaient souvent sollicités par d’autres clubs soit pour un loto, soit pour une vente aux enchères, soit pour une conférence dîner débat, etc…

Résultat : ce sont toujours des euros qui sortent en grande partie de la poche des Lions.

Mon Club a eu l’idée de récolter des fonds en provenance seulement du public, pour une action facile et sans frais

La vente de fleurs !

Au début nous avions pensé à des tulipes comme d’autres clubs mais à Bordeaux nous n’avons pas de terrain cultivable, à des roses coupées, mais cela exigeait trop de préparation pour faire des bouquets et de plus les fleurs coupées ne tiennent pas longtemps dans les vases.

Nous avons cherché une fleur non coupée au parfum persistant, de plusieurs couleurs, blanc, rose et bleu, facile à manipuler pour être mise dans un caddy.

En fonction de ces critères, c’est la jacinthe dans son petit pot qui a été choisie et l’action a pu ainsi démarrer.

Première année : 1000 jacinthes vendues – 1000 euros distribués.

A ce jour, après 12 années, et avec la participation de plus de 41 Clubs en 2017 :
– 203 848 jacinthes vendues pour un montant de 407 696 euros
– 251 121,24 euros de bénéfice, distribués
o à Enfants et Santé pour un montant de 150 672,54 euros
o en faveur des enfants cancéreux et à la discrétion des Clubs pour un montant de 100 448,70 euros

Je voudrais maintenant mes Amis vous citer plusieurs avantages que nous n’avions pas prévus lors du lancement de cette action :

Premièrement : Pas de location de salle avec ses inconvénients

Deuxièmement : Lors de la vente des jacinthes, des personnes nous interrogent : C’est quoi le Lions Club ?
A ce moment là, vous remettez immédiatement la fiche de présentation du Lions Club International qui précise le nombre de pays dans lesquels est implantée l’association, le nombre de membres, et qui définit le Lions Club International comme la plus grande ONG du monde.
Les gens nous répondent souvent: mais c’est d’origine américaine, et c’est bien loin tout ça !

Troisièmement : Et là vous en profitez pour leur dire que nous sommes près d’eux, dans la cité et vous leur remettez votre flyer sur lequel ils trouveront votre club et le nom du président, les actions réalisées, les dates et lieux de réunion, etc…

Croyez bien chers amis que ces informations diffusées instantanément dans un lieu public sur les Lions valent mieux que 2 heures de Télévision !

Quatrièmement : La vente des jacinthes dans les Centres commerciaux permet de recruter des hommes et des femmes qui ont envie de donner un peu de leur temps dans une association reconnue.

Cinquièmement : plus de 10 000 heures don de soi pour le Livre Blanc

Sixièmement : Et surtout des euros récoltés auprès d’un large public durant seulement 2 jours par an.

Nous sommes prêts, Chers Amis, à partager avec vous cette action et notre savoir-faire et ainsi amplifier notre soutien aux enfants atteints de cette terrible maladie qu’est le cancer.

Sachez enfin qu’au niveau de la répartition du bénéfice réalisé:

60 % vont au bien être des enfants malades du cancer,
40 % restent à votre entière discrétion dans leur affectation, à condition que ce soit en faveur de l’amélioration de la vie des enfants cancéreux.

Votez pour cette action : elle ne vous coûte rien, pas un sou, juste du don de soi.

Votez pour cette action, c’est faire d’une pierre deux coups : récolter des fonds et se faire connaître.

Enfin, la devise du Lions Club « Nous servons » est parfaitement respectée.

Vive les Jacinthes !

Vive les Lions !

© Lions club district SO 2017

La Communication Bienveillante

La Communication Bienveillante peut-elle nous aider
à perdre moins de membres ?
… Je pense que la pratique de la Communication Bienveillante
Peux faire mieux que ça !

Découvrez dans cette présentation tous les atouts de la communication Bienveillante :

Daniel LAMOTTE
Gouverneur 2017-2018
Président Fondateur PPLV Centre

© Lions club district SO 2017

Rapport Moral – Didier Soulé Gouverneur 2016/2017 – Périgueux le 22 octobre 2017

Monsieur le Maire, chers Past Directeurs Internationaux, chers Past Gouverneurs, cher Gouverneur, chers amis Lions et Leos…

Retracer un an de gouvernorat en quelques minutes et en quelques phrases n’est pas une tâche aisée tant l’année fut dense, riche en évènements et en rencontres.

Lors de la passation des pouvoirs et devoirs qui a précédé ma prise de fonction, j’avais présenté aux membres du Cabinet mes projets pour l’année, dans le cadre du service à la communauté, du service aux clubs, aux Lions, et au Lionisme.

Ma première sortie « officielle » fut pour le centre de vacances VPA de Gujan Mestras, dès le mois de juillet. Nous y avons passé une journée entière avec le 1er Vice-gouverneur de l’époque, Michel Denys et nous avons pu constater s’il en était encore besoin, l’importance de ce centre. Confirmation nous fut apportée qu’il s’agissait de bien plus qu’un centre de vacances pour les enfants qui y séjournent, et de là est née l’idée de mettre en application PPLV, là-bas, auprès de ces enfants qui, selon nous, sont ceux qui en ont probablement le plus besoin.

Un de mes projets était de renforcer notre jumelage avec le District 124 Roumanie. Ayant eu l’honneur de participer à la Convention Nationale de ce District à Timisoara, au cours de laquelle nous avons formalisé officiellement ce jumelage, avec le parrainage de notre Vice-Présidente internationale, j’ai pu présenter un projet d’action commune. Ce projet est toujours en phase d’élaboration, et notre Gouverneur actuel a pu avancer ce dossier lors du récent forum européen le mois dernier, à Montreux en Suisse.

Autre projet : promouvoir l’Oreille Blanche dans notre District. Outre les clubs qui ont adhéré spontanément, la Mairie de Bordeaux à laquelle nous avions présenté le concept de l’oreille blanche avec Marie et Gérard Loisel en a commandé et distribué 1000. Aujourd’hui, d’autres villes du Sud-Ouest semblent vouloir lui emboîter le pas. Quelques clubs y travaillent.

J’avais également souhaité développer des partenariats avec les collectivités locales. A ce titre, nous avons rencontré plusieurs élus parmi lesquels Joël Solari, adjoint au maire de Bordeaux pour les politiques en faveur des personnes en situation de Handicap et développé avec lui des actions communes : L’Oreille blanche donc, mais aussi la pause de panneaux « Si tu prends ma place, prends aussi mon handicap » comme cela a également été le cas à Périgueux sous la conduite éclairée du Président de Zone Michel Chartroule. Cette opération s’est déroulée dans d’autres villes du Sud-Ouest, toujours en partenariat avec les Mairies. Cette année 173 nouveaux panneaux ont été posés, ce qui porte le nombre total à 522 panneaux installés dans le Sud-Ouest.

Toujours à la Mairie de Bordeaux, les Lions et le District sont en relation quasi permanente avec Anne Brézillon, adjointe au maire en charge de la vie associative avec laquelle nous entretenons les meilleurs rapports.

Nous avons également rencontré Fabien Robert, adjoint à la Culture du maire de Bordeaux, en vue de préparer une exposition du Patrimoine Culturel des Lions de France. Hélas, cette exposition n’a pas pu être organisée. Par contre, cette exposition a bien eu lieu avec beaucoup de succès à Périgueux, menée de main de maître par Michel Chartroule et l’équipe de Lions interclubs qu’il a su rassembler autour de ce projet encouragé et soutenu par le District.
Notre contribution à l’action « Vaincre l’illettrisme – Agir pour la lecture » s’est concrétisée par un partenariat et notre participation à la grande manifestation culturelle bordelaise, le festival « Escale du livre » fin mars début avril. Nous y avons assuré la promotion des lauréats des concours de littérature régionale, ainsi que de la lauréate nationale 2017, Valérie Perrin.
Merci à tous ceux et toutes celles qui ont participé à cette belle aventure, soit en assurant des permanences sur le stand, soit en nous rendant visite sur ce stand. Je sais d’ores et déjà que la participation au festival Escale du Livre sera reconduite par notre District en 2018, ce qui constitue une belle marque de continuité.

Toujours dans le cadre de l’action culturelle que je souhaitais développer, la Dictée des Lions animée par Marie Fabre Loisel et Edith Peille continue son bonhomme de chemin, et continuera sa montée en puissance dans les années à venir avec, j’en suis certain, le soutien du District.
L’action culturelle est concrétisée également par la mise en place de 39 Boîtes à Livres dans plusieurs villes du Sud-Ouest, par 18 clubs, ce qui place le District Sud-Ouest en 5ème place sur les 15 Districts qui constituent le District Multiple 103 France.

De nombreuses actions d’envergure nationale, régionale ou locale ont été soutenues :
-la Journée Mondiale de la vue sous la responsabilité de Gérard Loisel qui n’a pas compté ses efforts avec 21 centres d’examen de la vue mis en place en octobre 2016 pour 971 tests réalisés et 1 centre d’examen de l’audition à Bordeaux avec 24 tests. Nous y étions présents en 2016 avec Michel Denys.
-l’association Aliénor (Ecole de chiens guides d’aveugles) avec laquelle j’ai tenu à renouer les liens qui avaient été à tort et violemment rompus, était également présente, Elle a pu s’exprimer, dans les colonnes de la revue Expressions et lors de notre Congrès de printemps à Arcachon. J’invite encore aujourd’hui les clubs du District à manifester leur intérêt pour cette belle association installée à Mérignac.
-Lider Diabète, sous la conduite enthousiaste et éclairée de Gérard Laurent à qui j’avais demandé de mettre en place 10 centres de dépistage du diabète, et qui par son charisme tranquille et sa bonne humeur a su motiver suffisamment de clubs pour en organiser 18 (contre 4 l’année précédente) ! Résultat : 6083 tests réalisés (3ème sur les 15 Districts de France).
-Sang Pour Sang Campus continue sa marche en avant. J’ai personnellement été présent à Bordeaux et à Agen pour soutenir et encourager cette formidable action menée de main de maître par l’infatigable Gilbert Courier, toujours avec calme et détermination.
-Michel et moi étions également présents lors de la remise du chèque issu de l’opération « Jacinthes pour la Vie » à Enfants Cancer Santé. Bravo encore à Jean-Paul Laplagne et à son équipe pour avoir développé cette manifestation avec aujourd’hui près d’un club sur deux participant dans le District Sud-Ouest.
-A l’occasion de cette remise de chèque, le Professeur Perel nous a parlé du projet qui lui tient tant à cœur, les Chambres de l’Extrême. Avec Michel, nous nous sommes engagés à participer à ce projet, nécessaire, local et concret. Dans un premier temps, une demande de subvention rédigée par Franklin Simon a été envoyée à la Fondation Internationale. Par ailleurs, nous avons demandé à ce que les résultats de l’édition 2017/2018 soient consacrés à ces « Chambres de l’Extrême », dont vous parlera le Professeur Perel dans un instant.
-Bien entendu, d’autres grandes actions du LCI ont été soutenues durant cette année 2016-2017 : Lions Alzheimer, PPLV, les Bibliothèques Médiathèques Francophones, Les Bibliothèques Sonores, LISA, le YEC au mois d’août avec lequel j’ai eu le grand plaisir de partager un après-midi et une soirée en compagnie de la 2ème vice-Gouverneur et les Centres Internationaux Francophones que nous recevrons l’été prochain toujours sous la conduite éclairée d’Hervé Tovo fidèle au poste.

J’ai toujours considéré que le Gouverneur, les vice-Gouverneurs et les membres du Cabinet étaient au service des Clubs et des Lions. A ce titre, j’ai souhaité dès le début de l’année que la gouvernance soit présente sur le terrain le plus souvent possible, pour accompagner, soutenir et promouvoir leurs actions. C’est ce que nous avons fait en étant présents le plus souvent possible lors de manifestations organisées par les clubs.
Le constat à chaque fois était le même. : le formidable engagement des Lions au service de cette noble cause : servir notre communauté et s’en donner les moyens. J’ai, à chaque fois, rencontré des Lions heureux et fiers de ce qu’ils réalisaient. Qu’importent alors les quelques différents qui peuvent naître ici ou là, peu nombreux il est vrai. L’arbre ne doit pas cacher la forêt !

J’ai donc souhaité honorer ces clubs qui font la réalité du Lionisme, ces clubs qui font le Job, dans tous les sens du terme, ces clubs dynamiques, respectueux des us et coutumes de notre organisation, de notre éthique, dont les membres sont formés, et qui portent haut et fort les couleurs du Lionisme.
Le choix a été difficile,très difficile. Ce sont les clubs de Nay l’Aribère, Biscarrosse et Saint Médard en Jalles qui ont été mes coups de cœur. Mes 3 successeurs se sont engagés à leur tour à avoir eux aussi leurs coups de cœur.

Je viens de parler de clubs dont les membres sont formés. Je veux saluer ici le travail extraordinaire réalisé depuis plusieurs années par l’équipe de formateurs du Sud-Ouest sous la conduite avisée de la Coordonnatrice EML, Carole Charon Domenach dont la détermination et le savoir-faire n’ont d’égals que sa bonne humeur. Cette année 228 officiels de clubs issus de 72 clubs ont été formés. Ajoutez à cela les 12 Présidents de zone, les 52 nouveaux Lions qui ont également suivi une formation, les ateliers MyAssoc plus les 6 ateliers qui se sont tenus durant nos deux Congrès, et qui ont accueilli un total de 386 personnes, vous comprendrez le travail colossal que fournit cette superbe équipe de formateurs que j’ai maintenant le plaisir d’animer. Difficile succession !
En parlant de MyAssoc, sachez qu’à ce jour, plus de 30 clubs ont adopté ce logiciel de gestion de club, ainsi que le District lui-même. Assurer la promotion de ce logiciel et la formation à son utilisation, ainsi que son support avec l’appui de Lions compétents faisait également partie des objectifs que j’avais présentés au début de l’année.

Un des grands plaisirs d’un gouverneur, et des vice-gouverneurs, ce sont les visites de clubs. C’est lors de ces visites que l’on apprend le plus et que l’on comprend le mieux ce qui fait la vie des clubs Lions et ce qu’en attendent les Lions eux-mêmes. C’est là que l’on est le plus à l’écoute, et c’est là que l’on peut le plus efficacement expliquer nos objectifs, nos démarches, nos ambitions pour le Lionisme et ce que la gouvernance peut leur apporter. Je veux remercier tous les clubs qui nous ont reçus avec leur gentillesse, leur disponibilité et leur bienveillance. Sachez chers amis que ces visites de clubs ont fait l’objet de réunions de la gouvernance au cours desquelles nous avons analysé la situation de chaque club et échangé nos informations.
Toujours à propos des clubs, nous ne déplorons aucune fermeture au cours de l’exercice. Par contre, j’ai eu l’honneur et le grand plaisir de remettre sa charte en juin dernier au nouveau club de Bordeaux Aliénor d’Aquitaine dont la moyenne d’âge est de 39 ans, présidé par le vigoureux Joël Villacreces dont chacun connaît l’enthousiasme.

Un regret cependant : si c’est cette année que le District Sud-Ouest a connu le moins de départs depuis plus de 5 ans, 206 amis nous ont quittés, c’est aussi cette année que le moins de nouveaux amis nous ont rejoints. 200 nouveaux lions dans le District, cela représente un déficit de 6 membres, nous plaçant ainsi en 4ème position du DM 103 quant à l’évolution des effectifs pour l’exercice 2016-2017.
Et puisque nous parlons du DM, comme vous le savez, tous les gouverneurs de France se voient confier une délégation. J’étais à ce titre gouverneur de liaison auprès de l’EML avec laquelle nous avons proposé une motion qui a été adoptée lors de la Convention Nationale de Nantes (à laquelle 60 personnes représentaient le Sud-Ouest). Cette motion met en place une charte des formateurs précisant leurs obligations. Cela n’existait pas jusqu’alors. Nous avons également fait admettre et mis au programme de la formation des trésoriers, la déduction fiscale d’une partie de nos cotisations et la possibilité pour les clubs qui le souhaitent, de délivrer un CERFA correspondant.

Mon appartenance au Conseil des Gouverneurs m’a également donné l’occasion d’effectuer 5 déplacements à l’étranger :
A Fukuoka au Japon pour recevoir mon insigne de Gouverneur.
A Sofia en Bulgarie, en octobre, au Forum Européen.
A New York, aux Etats-Unis, pour représenter la France à la journée du LCI à l’ONU en mars dernier
A Timisoara, début juin, pour représenter la France à la Convention Nationale du District 124 Roumanie.
Enfin à Chicago, début juillet, accompagné de 52 Lions du Sud-Ouest et 14 conjoints (une première !) pour remettre à Michel Denys son insigne de Gouverneur 2017-2018.
Je tiens à préciser que ces déplacements n’ont pas coûté le moindre centime à notre District.
Deux grands évènements ont marqué cette année du centenaire du LCI.
Sur le plan national, une campagne publicitaire sans précédent avec télévision, presse, radio et nouvelles affiches. Jamais les Lions de France n’avaient été aussi présents sur les médias, et ce, par la volonté du Conseil des Gouverneurs.

Au niveau de notre District, le Centenaire a été célébré par une magnifique fête que j’avais appelée de mes vœux, organisée par Michel et Michel (Denys et Delbrel) accompagnés de quelques complices. Très brillante réussite, également sans précédent, qui a réuni au domaine de Grenade plus de 800 personnes et a permis d’envoyer plus de 200 000 paires de lunettes à MEDICO. Bravo et merci à tous ceux qui se sont impliqués dans cette superbe aventure.
Mais ce rapport moral ne serait pas complet si je n’y mentionnais pas quelques regrets :
– Notre soutien à la LCIF qui n’a pas été, loin s’en faut, à la hauteur de l’objectif que j’avais tracé.
– MyLCi, site internet sur lequel trop peu de clubs ont fait part de leurs actions
– De même que le Livre Blanc, que 14 clubs sur 94 n’ont pas renseigné, minimisant ainsi l’ampleur du travail accompli par les Lions du Sud-Ouest.

Je ne saurais conclure ce rapport moral avant d’avoir remercié tous ceux qui ont travaillé avec moi durant cet exercice et les clubs pour la qualité de leur accueil, leur disponibilité et leur écoute.
Et puis les membres du Cabinet du Gouverneur : formateurs, chargés de mission, délégués aux commissions nationales, présidents de Zone, tous ont fait leur part et souvent plus que leur part avec enthousiasme et je crois en toute indépendance et en toute sérénité ! Merci à vous aussi pour l’ambiance qui a régné lors de nos différentes réunions. Pardonnez-moi de ne pas tous vous citer. Une mention particulière à Gérard Guénon et Philippe Lechemolle, Commissaires des Congrès d’automne et de printemps qui, tous les deux, avec leurs équipes, ont parfaitement compris le ton que je souhaitais donner à ces grands rendez-vous.

Enfin, je veux saluer le travail du Bureau : Danielle Ruiz, secrétaire toujours dévouée au service du Lionisme avec discrétion et efficacité, Denis Hadamar, trésorier infatigable et rigoureux avec qui nous nous sommes parfaitement compris et entendus, et puis Carole Charon Domenach, chef du Protocole, qui a eu à cœur tout au long de l’année, avec autant d’autorité que de fantaisie, de veiller au bon déroulement de nos réunions de cabinet et de nos congrès.
Merci aux deux vice-gouverneurs, Michel et Mélodie, pour m’avoir accompagné et secondé dans le respect des règles de la gouvernance à laquelle j’ai été et je reste très attaché.

Je n’oublie pas mon épouse, Nicole, qui m’a toujours soutenu et encouragé, rassuré parfois et qui n’aurait certainement pas aimé que je la montre en photo…

Alors chers amis, je ne sais pas si j’ai été ce qu’il est convenu d’appeler un bon Gouverneur. Mais ce que je sais, c’est que j’ai essayé…
Je ne sais pas si j’ai répondu aux attentes des Lions et des clubs, mais j’ai essayé…
J’ai essayé d’encourager et de valoriser le travail des membres du Cabinet,
J’ai essayé d’animer une structure,
J’ai essayé d’être créatif, d’initier des projets nouveaux ; il appartiendra à mes successeurs de les faire perdurer ; ou pas !
Je n’ai jamais considéré qu’être Gouverneur nous donnait je ne sais quel pouvoir. Je parle de ce pouvoir qui transforme certains hommes dès lors qu’ils en sont dotés.
J’ai essayé d’exercer la mission que vous m’avez confiée avec simplicité, avec humilité et avec sincérité.

En tout état de cause, j’ai essayé de faire quelque chose dans ma vie pour quelqu’un d’autre…
J’ai essayé.

Didier SOULE
Past Gouverneur

© Lions club district SO 2017

LA JOIE DE VIVRE, LA FRATERNITE, L’AMITIE …

La joie de vivre… Ce bien précieux mais volatil qui innerve une société de vibrations légères entre les personnes est devenu rare. Elle se vit sans doute dans les entre soi mais transparaît peu dans les espaces publics. Je me demande même si certains d’entre nous y ont un jour goûté, à cette joie de se retrouver, cette joie de rire ensemble, de partager du temps, une soirée dans une convivialité heureuse. Cette joie que nous éprouvons, nous Lions, de nous comprendre, de partager les mêmes envies, les mêmes combats.

La joie de vivre nous surprend aux détours de nos existences comme les éclaircies soudaines nous inondent de soleil. La joie se cache dans ce qui nous relie, nous engage mutuellement. Elle nous invite à aimer. Mais si l’on marque notre attachement aux autres d’une joie trop intense, cet attachement risque d’être perçu comme un signe de dépendance, il est dangereux de jouir de la douceur des relations, de se laisser entraîner dans une joyeuse ambiance collective et de s’en délecter. Notre culture manque d’une représentation positive de la fraternité.

Abstraction défraîchie, quoique plus jeune que liberté et égalité, la fraternité se voit plus sur les frontons que sur les visages. L’individualisme de masse en sourit, les financiers haussent les épaules, les psys y voient un fantasme. Par chance, il lui reste une histoire. Celles de micro sociétés qui en ont fait leur vie quotidienne et parfois leur raison d’être. D’où il ressort que cette vertu, difficile et ambiguë, loin d’avoir son avenir derrière elle, pourrait bien devenir un moteur de modernité.

La transformation de la conscience humaine n’est pas un luxe réservé à quelques individus isolés, mais une nécessité si l’humanité ne veut pas céder à l’auto destruction. A l’heure actuelle, la dysfonction de la vieille conscience et la montée de la nouvelle s’accélèrent en même temps. Paradoxalement, la situation empire et s’améliore à la fois, bien que « le pire » soit plus apparent, étant plus bruyant.
Le monde sera-t-il sauvé par un surcroit d’information, par des ordinateurs plus rapides ou par une nouvelle analyse scientifique ou intellectuelle ? N’est-ce pas de fraternité que l’humanité a le plus grand besoin maintenant ? Ce n’est que portés par les autres que nous pouvons avancer, seuls nous pouvons avoir l’impression d’aller plus vite, mais c’est ensemble que nous allons plus loin.

Quel serait le destin de l’homme s’il jetait la fraternité par-dessus bord ? Si je m’intéresse à la fraternité c’est que je la pense comme un lieu de rencontres par-delà nos appartenances identitaires. Je ne veux pas renoncer à parler de fraternité car je prends au sérieux le désir d’harmonie, d’unité et de concorde qui anime le cœur de l’humain et qu’il est insupportable d’imaginer ne rien opposer à toutes les indignités qui chaque jour se perpétuent et meurtrissent.

On ne naît pas fraternel, on le devient. La fraternité nous donne des ailes, c’est un souffle qui vient réveiller nos rêves et nos désirs, un élan qui nous pousse à oser, à laisser venir plutôt que prendre, à nous déployer pour faire danser le quotidien.

Amitié et fraternité sont cousines, non jumelles. L’amitié berce, la fraternité secoue ; c’est une farouche qui mobilise mais qui ne réclame ni intimité, ni affinités particulières.

Il y a trop de Narcisse dans le monde ; sur quoi repose le socle de l’amitié ? Quel sens donner à un lien qui ne serait que flatterie ou adhésion de principe à nos paroles et à nos actes ? Notre amitié de Lions est le contraire de cela ; nous sommes capables de tout dire, sans fard, ni masque, et d’autre part nous sommes capables de tout entendre, à la condition de préserver les formes d’une authentique bienveillance.

Avoir la sagesse d’entendre et d’accepter ce que nos amis ont à nous dire ; sans cela l’amitié serait une illusion, ou bien nos liens amicaux ne seraient que des associations de complaisance mutuelle.

Pour être vraie notre amitié doit aussi être rude, il faut qu’elle nous érafle parfois. Tout lien humain, dès lors qu’il est sincère, authentique, implique des tensions, des quiproquos, des disputes, des déceptions, des blessures, des ruptures. Ce qui renforce l’amitié c’est justement notre capacité à accepter ces mouvements affectifs.

Nous aspirons à l’unité, à l’harmonie, à la solidarité, à l’amitié, et même si ces réalités sont souvent idéales, c’est à cause d’elles, c’est en leur nom que nous nous inscrivons et nous enracinons dans cette vie.

Nous Lions, persistons à vouloir nous élever vers un idéal qui nous hisse au-delà des discordes, des rivalités. Un désir d’unité, de compréhension, d’harmonie nous étreint le cœur.

Anne MAHIEU
Ethique District SO

© Lions club district SO 2017

Banque alimentaire 24 et 25 novembre 2017

Comme tous les ans, le Lions Club de Saint-Médard en Jalles a organisé la collecte de la Banque Alimentaire au Centre Commercial Leclerc et, originalité de cette année, à l’Intermarché de Saint-Médard.

Ce sont plus de 100 bénévoles, dont 70 jeunes des Lycées Sud-Médoc, Duperier et Bel-Orme qui, pendant ces deux jours, ont récolté 13 tonnes de denrées alimentaires, ce qui place Saint-Médard en tête des collecteurs d’Aquitaine.

Comme le dit le Vice-Président de la Banque Alimentaire, ce résultat s’explique par l’organisation sans faille du Club de Saint-Médard fidèlement épaulé par le Lions Club Mascaret et la Conférence de Saint-Vincent de Paul, l’appui logistique apporté par François Levieux propriétaire du Centre Leclerc et Compagnon de Melvin Jones et surtout par l’implication importante des lycées du secteur.

En effet, nous constatons, chaque année, l’impact majeur des jeunes lycéens, qui sollicitent les chalands en leur tendant une poche à leur entrée dans le magasin, sur le niveau de la récolte. Alors que le tonnage global diminue régulièrement (343 tonnes en 2016 contre 386 en 2015) la collecte de Saint-Médard progresse.

Merci, donc, à tous les bénévoles qui nous ont apporté leur aide et merci, aussi, aux généreux donateurs qui permettront d’approvisionner, pendant un an, les 132 associations d’Aquitaine qui, tous les jours, aident des centaines de familles défavorisées à continuer à vivre, tout simplement.

© Lions club district SO 2017